Développer sa série avec Marc Herpoux

Published on: 12 juillet 2019

Filled Under: Ateliers

Views: 1019

Tags: , , , , , , , ,

Pourquoi peut-on massacrer les personnages de Game of Thrones en saison 3 mais pas les joyeux lurons de Big Bang Theory ? Pourquoi peut-on révéler la vraie identité de Don Draper mais pas le secret de Dexter ? On a parlé séries avec Marc Herpoux. Une journée intense et studieuse.

Identifier le moteur

La première question à se poser quand on crée une série, c’est « qu’est-ce qui fait avancer la série que moi je veux écrire ? » L’intrigue (qui est l’assassin/24 )? Le personnage (la destinée de Walter White/Breaking Bad) ? L’arène (un monde où neuf familles se battent pour le trône/Game Of Thrones) ? Ou le thème (comment faire face au deuil impossible/Leftovers) ?

Il est essentiel de ne pas se tromper de moteur dramatique pour être sûr d’alimenter chaque épisode avec les bons ingrédients. Si c’est le protagoniste qui mène la barque, pas la peine de lui coller trois meurtres dans les pattes à chaque épisode. On en oublierait le héros pour courir après le meurtrier.

Voilà pourquoi éliminer l’essentiel des Stark dans Game Of Thrones n’est pas un problème. Ce qui nourrit les épisodes, c’est bien la guerre que se livrent les différents clans et qui va continuer, avec ou sans les Stark… et pas le destin personnel de Catelyn Stark. Notez bien qu’identifier clairement le moteur permet aussi, le jour où la série est vendue, d’être certain que l’auteur et le producteur veulent bien faire la même série.

Donc ne pas se tromper de moteur… Sinon la série… elle va marcher beaucoup moins bien, forcément…

Ensuite, tout est dans le dosage

Une fois qu’on a identifié le moteur dramatique, on sait quel élément on doit mettre en avant. Reste alors à hiérarchiser le reste. 60% d’intrigue, 25% de personnage(s), 10% de thème, 5% d’arène… Là le scénariste doit avoir des talents de petit chimiste pour trouver la formule parfaite.

Pour la suite, on ne peut que vous conseiller de guetter les prochaines dates d’atelier ! D’après l’un de participants, c’est un must-have pour tout(e) séquencien(ne) qui écrit de la série.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.