Interview Post-it® : Camille et Frédéric Rosset

Published on: novembre 15, 2017

Filled Under: Soirées et rencontres

Views: 354

Tags: , , , ,

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui nous inaugurons une nouvelle rubrique de ce blog « L’interview post-it » ! Il s’agit de trois questions rapides posées aux intervenants des Masterclass organisées par Séquences7, afin de revenir sur des sujets abordés durant ces dernières. Les questions ont été posées et les propos recueillis, par Alban Ravassard, président de Séquences7.

1 / Comment est née l’idée d’ «Irresponsable » ?

Frédéric Rosset : Je l’avais déjà en tête des années avant de la développer à la Fémis, donc je ne sais plus exactement. Mais je peux deviner.

J’ai deux obsessions, les mêmes que pour n’importe quel jeune auteur égo-centré : la nostalgie mon enfance/adolescence et la peur de ce qu’implique devenir adulte/trentenaire. Le pitch d’Irresponsable m’a séduit tout simplement parce que c’était le meilleur que j’ai inventé pour cumuler les deux sujets en même temps.

Camille Rosset : Je ne suis pas à l’origine du projet, même si je l’ai suivi depuis le début. J’ai rejoint Fred à l’écriture une fois la série lancée. Clairement, j’ai les mêmes obsessions, travailler sur Irresponsable a donc été une évidence très joyeuse.

Le pauvre me devait bien ça, je lui avais trouvé un stage de régisseur sur un long, une fois.

 

2 / Selon vous, quel est l’avenir du format 26’ dans le paysage audiovisuel français ?

FR : En France, tant que la quasi totalité des diffuseurs actuels continue de ne faire que de la série de prime time, et continue aussi de considérer qu’un prime time doit être constitué d’un unique programme de minimum 2 heures, le format 26’ va avoir du mal à s’imposer.

Mais vu que le format a le vent en poupe un peu partout ailleurs, on peut espérer que ça change.

L’arrivée de nouveaux diffuseurs, comme Netflix ou Amazon ou même Youtube Red va peut-être accélérer le processus.

A plus long terme, la disparition progressive de la télévision telle qu’on la connait, avec ses programmes à heure fixe, va aussi surement beaucoup aider.

CR : Patience alors… Vivement. En tant qu’auteure et spectatrice, j’ai hâte que ce format formidable se développe. Je travaille sur une autre série 26′ actuellement, et évidemment, elle est sur OCS. C’est génial que cette chaîne permette à ce format d’exister en France, mais elle ne peut pas être la seule.

 

3 / Quelle est votre routine d’écriture ?

FR : Sur Irresponsable, avec Camille, on arrive à s’imposer des horaires de bureau. On structure ensemble notre séquencier. Si à l’écriture des arches, on a bien fait notre boulot (c’est à dire : déterminer quels sont les enjeux et la conclusion de chaque épisode), la construction de l’intrigue peut aller rapidement de soi. Sinon on galère et on passe notre temps à maudire les nous du passé. Quand on arrive au dialogué, on continue de bosser dans la même pièce, mais chacun dialogue une moitié de l’épisode. On se file ensuite nos copies et corrige ce qu’a fait l’autre. Si tout se passe bien, un aller-retour suffit.

Par contre, quand j’écris seul, ma routine n’a aucun sens. Je me lève, je vais sur Facebook, puis sur Twitter, puis sur Youtube, puis je commence enfin mais m’arrête très vite car il est l’heure de manger, puis j’essaie de reprendre mais la digestion me pousse à trainer un peu sur Facebook, puis sur Twitter, puis sur Youtube, puis je me dis qu’il est temps de me reprendre sinon je suis vraiment une merde, puis je me rappelle que j’ai ce truc EDF à m’occuper en priorité, puis j’appelle ma copine pour lui dire que ce soir je dois bosser parce que j’ai vraiment trop de boulot en ce moment, puis je m’y mets pour de vrai et je bosse jusqu’à tard le soir.

CR : Je suis donc son garde-fou. C’est normal, je suis l’aînée, je suis plus responsable. La vérité, c’est qu’il checke aussi Twitter quand on bosse ensemble, il croit être discret mais je le vois dans le reflet de ses lunettes.

C’est vrai qu’on essaie autant que possible de créer une routine « vrai travail », avec des horaires de bureau. C’est aussi pour ça qu’on dialogue côte à côte, même si c’est chacun de notre côté. On joue aux collègues de bureau.

C’est quand même plus libre qu’à la Cogip : on est cosy à la maison (souvent chez moi), on a le droit de faire une sieste, parfois au stade du brainstorm on va se promener dans un parc (notre nouveau truc, c’est le Père Lachaise). Et quand on bloque, on a un remède pour se remettre dans l’ambiance : on regarde « Bounce » de JusReign, sur Youtube (me demandez pas pourquoi, mais ça marche).

 

Question bonus : Quelle est la dernière fois où vous vous êtes sentis « Irresponsables » ?

FR : Quand j’ai répondu à ces questions alors que j’ai vraiment trop de boulot en retard.

CR : Je vous ai dit, je suis la responsabilité incarnée #teamMarie (non c’est faux.)

 

Merci à Camille et Frédéric Rosset pour leur générosité et rendez-vous très prochainement pour l’interview post-it de Joris Morio, créateur de la série « Les Grands ».


Alban pour le conseil de S7

Laisser un commentaire